02 57 52 04 13
Mon panier
Aucun article
>
logo-Podexpert
» » » La rééducation du pied plat valgus

La rééducation du pied plat valgus

 

Souvent asymptomatique, un pied plat valgus peut cependant provoquer des douleurs handicapantes au quotidien. Afin de limiter les risques de complications, une prise en charge est alors indispensable. Pour les formes les plus sévères, des séances de kinésithérapie peuvent ainsi éviter au patient une opération chirurgicale. Podexpert fait le point pour vous permettre de rééduquer au mieux un pied plat valgus.

 

Symptômes et traitements

Comment reconnaître un pied plat valgus ?

Un affaissement de la voûte plantaire est symptomatique d’un pied plat valgus. Cette déformation de l’arche s’accompagne d’une désaxation des articulations. Cela a pour conséquence de dévier le talon vers l’extérieur et d’incliner le pied vers l’intérieur (pronation).

 

Dans la majorité des cas, un pied plat est une pathologie bénigne qui n’engendre aucune douleur. On parle alors de pied plat idiopathique. C’est notamment le cas du pied plat chez l’enfant. En effet, la voûte plantaire a tendance à se former aux alentours de cinq ans. Cependant, si cette déformation persiste, une consultation chez un spécialiste du pied peut s’avérer indispensable.

 

Chez l’adulte, le pied plat valgus peut avoir plusieurs origines. Maladie dégénérative, vieillissement, traumatismes, etc. Si celui-ci provoque des troubles fonctionnels, un traitement est à envisager afin de ne pas laisser la situation se dégrader (voir Les conséquences du pied plat).

Traitements

En cas de douleurs causées par un pied plat valgus, différents traitements peuvent être recommandés au patient (lire Les douleurs du pied plat). Les semelles orthopédiques sont une solution fréquemment préconisée. Fabriquées sur mesure à partir de l’empreinte du pied, elles viennent supporter la voûte plantaire et le talon. La correction des points d’appui au sol rééquilibre ainsi la posture du corps. Ces orthèses vont également absorber les chocs et réduire la sollicitation des genoux et du dos.

 

En complément des orthèses, il est conseillé de porter des chaussures adaptées. Afin de soulager le pied, le modèle doit notamment présenter un chaussant large pour éviter la compression des orteils.

 

Notez cependant que ces traitements du pied plat valgus ne s’appliquent qu’aux pieds plats flexibles. Dans le cas de pieds plats rigides, un traitement chirurgical est souvent inévitable.

 


 

Selection chaussure pied plat

 


 

Rééducation du pied plat valgus et kinésithérapie

Pied plat valgus et kinésithérapie

La kinésithérapie de stretching postérieur est utilisée dans la rééducation du pied plat valgus. Elle travaille notamment au renforcement du triceps et du tendon tibial postérieur afin de limiter l’affaissement de la voûte plantaire.

 

La rééducation par la kinésithérapie s’appuie sur la physiothérapie, qui désigne le traitement des dysfonctionnements par le mouvement. Elle s’articule autour de trois objectifs principaux :

  • Stimuler l’activité afin de réduire les risques liés à l’inactivité
  • Renforcer les groupes de muscles utiles au maintien du pied
  • Redonner au mouvement de l’articulation du pied une amplitude fonctionnelle

La kinésithérapie pour éviter l’opération chirurgicale

La rééducation par la kinésithérapie peut épargner au patient une opération chirurgicale (lire L’opération du pied plat). En effet, les exercices pratiqués par le kinésithérapeute évitent une aggravation de la pathologie. Ils renforcent les muscles nécessaires au maintien de l’arche longitudinale médiale. Ces interventions réduisent également l’inclinaison du pied vers l’intérieur et la déviation du talon vers l’extérieur, symptomatiques du pied plat valgus.

 

La chirurgie du pied plat est réservée aux formes les plus sévères de la pathologie. Dans le cas d’un traitement chirurgical, les opérations conservatrices sont privilégiées, avec un maintien de la mobilité de l’articulation. Cependant, il arrive que l’articulation doive être complètement immobilisée à l’aide de vis et d’implants. Cette intervention peut alors avoir des répercussions sur la marche. Une opération est donc à envisager en dernier recours.

 

Exemples d’exercices

Afin de limiter la déformation du pied, certains exercices peuvent être facilement effectués chez soi. Pour un résultat optimal, il est conseillé d’exécuter ces mouvements au minimum trois fois par semaine. Il est cependant important que leur réalisation ne provoque aucune douleur supplémentaire. Pour cela, il convient de les effectuer en douceur.

 

Étirement du talon

L’étirement du talon va permettre de renforcer la souplesse de l’articulation du pied. Il consiste en un mouvement de rapprochement du tibia vers les orteils. Pour réaliser cet exercice, procédez comme suit :

  1. Mettez-vous debout et posez vos mains contre un mur. Ces dernières doivent être positionnées à hauteur de vos épaules ou de vos yeux.
  2. Placez une jambe vers l’avant et tendez l’autre vers l’arrière.
  3. Ancrez fermement vos talons dans le sol.
  4. Gardez la colonne vertébrale droite, pliez votre jambe vers l’avant et poussez le mur. Vous devez ressentir un étirement à l’arrière de la jambe et au niveau du tendon d’Achille.
  5. Maintenez la posture durant trente secondes.
  6. Recommencez quatre fois de chaque côté.

Élévation de la voûte plantaire

L’élévation de la voûte plantaire va permettre de renforcer les muscles utiles au soulèvement de l’arche longitudinale médiale.

  1. Placez-vous debout et positionnez vos pieds dans l’alignement de vos hanches.
  2. Gardez les orteils bien appuyés par terre et déplacez votre poids sur l’extérieur des pieds.
  3. Soulevez les arches internes aussi haut que possible.
  4. Relâchez les pieds.
  5. Effectuez trois séries de quinze répétitions chacune.

Massage des fascias et des voûtes plantaires

Réalisé avec une balle de tennis, cet exercice permet de détendre les fascias et les voûtes plantaires.

  1. Assis sur une chaise, placez une balle de tennis sous votre pied droit.
  2. Faites rouler la balle, en insistant sous l’arche, tout en gardant votre colonne vertébrale bien droite.
  3. Réalisez ce massage durant deux à trois minutes.
  4. Recommencez l’opération du côté gauche.

Auteur : Philippe Vesin - Podo-orthésiste